« Medusa, bijoux et tabous »: les bijoux brillent sous de nouveaux jours

239
© MAM/Facebook
© MAM/Facebook

La nouvelle exposition « Medusa, bijoux et tabous » du Musée d’Art Moderne renouvelle notre regard porté sur les bijoux.

On ne les considère pas comme des œuvres d’art. Et pourtant, l’exposition « Medusa, bijoux et tabous » présente du 19 mai au 5 novembre au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris fait scintiller les bijoux sous de nouveaux jours. Plus de 400 bijoux de tous temps, conçus par des artistes, joailliers ou des anonymes dialoguent avec des œuvres d’art contemporaines et renouvellent notre regard porté sur ces accessoires aussi vieux que l’humanité.

Perçu comme apanage du féminin depuis l’époque des Lumières, le bijou est pourtant également destiné à ces messieurs, accessoire de rappeurs, dandy, militaires. À quelques détails près… L’expo n’oublie pas d’éblouir les yeux des visiteurs avec des pièces uniques et rares comme ce collier serpent de Cartier, qui appartenait à l’actrice mexicaine Maria Felix, constitué de 2.473 diamants.

Un parcours qui déroute également. Le bijou à boire de l’artiste français Frédéric Braham propose une une réflexion sur sa valeur. Les broches inspirées de chewing-gums de l’artiste néerlandais Ted Noten provoquent. Bijoux religieux, bijoux exotiques, bijoux érotiques: cette exposition haute en couleurs invite à un véritable voyage à travers l’humanité, les modes de vie et les sociétés. Une expo à découvrir lors de la Nuit des Musées.

JR