Une boutique éphémère & solidaire de créateurs dans le 17e arr.

32
Boutique éphémère et solidaire Art'East à Paris© Pauline Dumonteil
© Pauline Dumonteil

Le local des Enfants Sans Frontières accueille six marques de créateurs jusqu’au 8 avril. Maroquinerie, bijoux, papeterie, objets de déco… On achète sans culpabiliser car un pourcentage des ventes est reversé à l’association. 

Pendant un mois, six marques de créateurs se sont installées dans les locaux de l’association Enfants Sans Frontières au 56 rue de Tocqueville dans le 17e arrondissement. Présentes sur la plateforme Etsy, les créatrices forment la Team Art’East, un nom choisi car elles sont toutes originaires de l’Est parisien. « C’est la première fois qu’on tient une boutique éphémère. On se relaie pour jouer les vendeuses », explique Julie Perrayon, créatrice de la marque de bougies Nébuleuse.

Ce matin-là, elle est accompagnée de Sabine, graphiste, web designer et illustratrice. À la tête de Des cartons et d’Étoiles, elle créé « des objets à messages impertinents ». Mugs (15€), sacs en toile (14€), affiches (8-12€), pins, cartes… Impossible de ne pas craquer. Mention spéciale pour la jolie tasse « Salut les cons ». « On a décoré et pensé toute la boutique, même la vitrine », se réjouit Sabine.

Papeterie, bijoux, sacs

Si les autres créatrices ne sont pas présentes ce jour-là, leur travail est toujours exposé. Au centre de la boutique, on retrouve les beaux bijoux ethniques de Ame&Lys, la jolie papeterie et petits objets de déco Petipeu de la créatrice Mathilde Le Goff ainsi que les créations mode pour adultes et enfants de la marque Lyne C.

Seule intruse dans cette joyeuse bande, la marque de maroquinerie Mykilimshop. « Ils ne vendent pas leurs sacs sur Etsy, mais j’ai cru comprendre qu’ils allaient finalement s’y mettre », s’amusent Julie et Sabine. Leurs sacs sont pensés à Paris mais fabriqués au Maroc. Alliage du cuir et du kilim (tapis brodé), ils sont 100% uniques et faits main. En contrepartie du prêt du local, les créateurs reversent 7% de leurs ventes à l’association. Une bonne raison d’aller dénicher des petites merveilles.

Pauline Dumonteil

Photo à la Une © Pauline Dumonteil